Championnats du monde de cyclisme : la Fédération française défend sa décision d'envoyer des coureuses en Australie en classe économique

Championnats du monde de cyclisme : la Fédération française défend sa décision d’envoyer des coureuses en Australie en classe économique

Le Français Julian Alaphilippe vise à défendre son titre de Champion du Monde Route UCI en Australie

La Fédération française de cyclisme a défendu sa décision d’envoyer ses hommes aux Championnats du monde de cyclisme en Australie en classe affaires tandis que l’équipe féminine voyageait en classe économique.

La nouvelle de la décision a suscité des critiques en France.

Mais Christophe Manin, directeur technique national du cyclisme français, a déclaré que la décision était basée sur l’argent et les meilleures chances de gagner des hommes.

“Nous n’avons pas les moyens de mettre tout le monde en affaires”, a déclaré Manin à l’AFP.

Les neuf membres de l’équipe masculine, dont le double champion du monde en titre Julian Alaphilippe, ont voyagé en affaires tandis que le reste du groupe, dont sept femmes cavalières, hommes et femmes dans les épreuves juniors et le personnel d’encadrement, étaient en économie.

Manin n’a pas non plus fait le voyage de 20 heures à Wollongong pour économiser de l’argent.

“Certains pays, comme l’Irlande, ont décidé de ne pas participer aux Championnats du monde”, a-t-il déclaré. “On s’est demandé si on devait prendre toutes les catégories, notamment les juniors. On l’a fait.

“Mais nous n’avons pas les moyens de mettre tout le monde en affaires.

“Chez les hommes, nous sommes champions du monde depuis deux ans. Nous y allons vraiment pour gagner, alors que nous sommes plutôt un outsider chez les filles.

“Si on avait les championnats du monde de VTT en Australie avec le même choix économique à faire, on mettrait les deux filles en business et les garçons en économie”, a-t-il déclaré, faisant référence à la quadruple championne du monde de cross-country Pauline Ferrand-Prevot. et la championne d’Europe Loana Lecomte.

Le manager de l’équipe Thomas Voeckler, qui a voyagé dans l’économie, a déclaré à l’AFP: “Je me concentre sur le sport et je n’ai pas d’énergie à perdre tant que les coureurs de l’équipe de France sont fiers de porter les couleurs du maillot.”

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.